#7 De Tournemine à Paimpol (par les pointes)

Une histoire de pointes que l’on relie. Après les Caps avant hier, c’est la journée des pointes. Les pointes géographiques, la pointe de Pordic, la pointe du bec de vire, de la tour…c’est aussi à peu près la douleur que me ferait l’une d’entre elles, si elle se nichait dans ma chaussure à la place de cette belle ampoule qui me fait souffrir.

Après une belle nuit de sommeil au chaud (merci Nicolas), la journée commence vers 7 heures. Je quitte Tournemine accompagné par Nicolas. Après une première montée de chauffe, il ressent une douleur au genou et décide de ne pas insister. Je poursuis seul vers les hauteurs de Pordic. Ici, le chemin est moyennement entretenu, c’est le 1er bonnet d’âne d’une longue journée de cancres. Je me restaure à Binic, à Saint Quai les déclarations d’amour s’écrivent dans le sable des plages ou à la peinture sur les digues. La suite ne sera qu’une interminable série de montées et descentes à vous faire détester le GR. Tréveneuc accueille (panneau entrée de ville) et guide les randonneurs vers ces commerces. Bravo ! Puis viennent Plouha (un autre bonnet d’âne), Bréhec et Plouézec.
A Plouha, la plage impériale “Bonaparte” est un nom de code. Le réseau de résistance Shelburn, utilisa cette plage pour l’évasion des pilotes Anglais tombés au combat entre 1943 et 1944. A cet endroit, je suis ravitaillé au vol, dans le vent des falaises par mes parents.

Je termine la journée par une invitation à l’hôtel de la pointe (encore une..) de l’Arcouest pour un café face à Bréhat demain matin. Pas si désagréable finalement cette étape…

Demain, je quitterai Paimpol en direction de Tréguier.