#9 De Tréguier à Trégastel (par les champs d’artichauts)

J7|KM458 – Un faux départ, 62 kilomètres, une journée autour des îles, un GR interdit aux piétons (et aux bâtons), des artichauts, une maison dans les rochers, un hommage à Émile et le village préféré des “Français”.
Demain, je m’accorderai une journée de repos à Trégastel.

Je quitte Sabine et Pierre, qui m’ont hébergé, vers 7 heures. Après quelques centaines de mètres, demi-tour j’ai oublié mes lunettes de soleil. Bon, elles ne m’auraient pas été nécessaires aujourd’hui, j’ai été accueilli dans le Trégor par un temps bouché et pluvieux, les paysages n’en étaient pas moins beaux. À la pointe du château, l’embouchure du Jaudy, le vent me cueille, ici, la Bretagne se vit intensément ! La journée est marquée par le nombre d’îles. Les 7 îles bien sûr au large de Perros-Guirec mais aussi l’île aux pins, les île Yvine, Baelane, du milieu, bihan et bien sûr l’île aux femmes.
C’est entre ces îles que se trouve la maison entre les rochers. Je déjeune à la crêperie du côté de Trestel. À Perros-Guirec, un panneau rend hommage à Emile Orain, fondateur du GR34. Je découvre le chemin qui mène à la plage de Trestignel, je suis passé ici plusieurs fois mais jamais je n’avais vraiment suivi le GR. Ensuite vient (peut-être) la plus belle partie de la Bretagne, la côte de granit rose. Peut-être car au moment où je l’arpentai (sans mes bâtons qui, ici, sont interdits) un vieux monsieur à l’allure rassurante disait à des amis : “c’est la plus belle partie de la côte bretonne”. Sa femme l’a alors repris : “Quest ce que tu en sais ? Tu as vu toute la côte ?”…Alors ? Les Français ont voté il y a quelques années (dans une émission de Télé) mais personnellement je dis “peut-être” pour encore 600 km…