#14 De Portsall à Brest !

J12|KM828 – 91 km, le port de Portsall, Ouessant et Molène à ma droite, un sous marin, 3 heures de pluie et l’envie d’aller voire voir la suite. Demain, je m’accorde une journée de repos à Brest.

J’ai laissé le petit port de Portsall derrière moi. À cette heure matinale, je ne croise que le boulanger ravitaillant le dépôt de pain. Je ne tarde pas à m’engager le long de la route touristique qui longe la côte sauvage ! Le spectacle est incroyable ! La course à pied devient annexe, je progresse sans perdre une miette de ce tableau. Au large des pigouliers (goémoniers), remontent avec leur scoubidou le goémon qu’ils déchargeront à Lanildut (le premier port goémonier d’Europe). Là-bas, justement, je croise Christophe avant de m’engager dans la remontée de l’aber Ildut. Ah les abers…une sorte de torture psychologique qui consiste à remonter la rive d’une rivière jusqu’au premier pont, le franchir et faire le chemin inverse sur l’autre rive parfois sur 5, 7, 10 kilomètres… 1h15 pour faire 200 mètres à vol d’oiseau. Après Lampaul-Plouarzel, la météo se gâte, la pluie est incessante, le vent de face redouble. Je rejoins Le Conquet vers 14h30. Un sandwich jambon-crudité, quelques pâtisseries… Je grelote de froid et reprend la route vers la pointe Saint Matthieu et son célèbre phare coloré. Le soleil revient, puissant, du chemin côtier se dégage une sorte de brume d’évaporation. La dernière partie, très difficile en raison du dénivelé est marquée par la sortie d’un sous-marin de la rade, il est bien escorté par une frégate qui lui ouvre la route, des bâtiments de l’histoire de défense de la rade (de Vauban à la seconde guerre mondiale) et par la joie de revoir Brest.